Pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12

 

Tant que la couleur de la peau sera plus importante
que celle des yeux, nous ne connaîtrons pas la paix.
Haile Selassie

La colombe

Une gente colombe est venue cette nuit
Se poser doucement à côté de mon lit.
Tristes étaient ses yeux, et sa robe nacrée
Etait pleine de boue, et de rouge empourprée.
Elle tenait au bec un rameau d'olivier
Qu'elle vint déposer près de mon oreiller.

"Tiens, prends-le, me dit-elle, il n'en est plus besoin.
Cette branche de paix ne signifie plus rien.
Je l'ai chérie longtemps, mais depuis quelques mois,
Elle me pèse trop, elle est lourde pour moi.
Prends, je t'en fais cadeau, fais-en ce qu'il te plaît.
Je ne veux, quant à moi, plus la revoir jamais."

Je pris le rameau vert, symbole précieux
Pour essuyer les pleurs qui coulaient de ses yeux.
"Colombe, mon amie pourquoi ce noir discours ?
Crois-tu donc que sur terre il n'y a plus d'amour ?
Que les oiseaux du ciel ne savent plus chanter,
Et que n'embaument plus les roses de l'été ?

Que l'abeille rechigne à fabriquer son miel ?
Qu'après un gros orage il n'est plus d'arc-en-ciel ?
Que le bébé qui dort dans son petit berceau
A perdu l'innocence, et n'est plus aussi beau ?
Que si l'on s'en rapporte aux fautes qu'il commet,
Le devenir de l'homme est maudit à jamais ?

Non, ne crois pas cela, ce serait un grand tort,
Car le droit d'espérer nous est donné encor.
Et même si parfois, la besogne est cruelle,
Il n'est pas encor temps de replier tes ailes."

La colombe écoutait, religieusement.
Elle me regardait. Puis au bout d'un moment,
"Grand merci, mon amie, tu m'as rendu l'espoir.
J'ai eu tort de douter, et crois-moi, dès ce soir,
Je vais aller partout offrir mes bons offices."
Puis en me souriant d'un sourire complice,
Elle vint se poser près de mon oreiller,
Et reprit dans son bec le rameau d'olivier.

Lorsqu'elle s'envola, majestueuse et fière,
A l'horizon, là-bas, une grande lumière
Apparut aussitôt dans l'espace infini,
Pour déchirer enfin les voiles de la nuit.

Renée Jeanne Mignard
Ce poème est sous COPYRIGHT, il est interdit de le copier

La non-violence est une arme puissante et juste, qui tranche sans
blesser et ennoblit l'homme qui la manie. C'est une épée qui guérit.

Martin Luther King

Il était une fois,
un roi qui avait offert un prix
à l'artiste qui ferait la peinture
de la plus belle image de la paix.
Plusieurs artistes ont essayé.
Le roi a regardé les images,
mais il n'en aimait seulement deux
et il avait à choisir entre ces deux peintures.

La première image était un lac calme.
Le lac était un miroir parfait
pour les montagnes majestueuses autour.
Au-dessus il y avait un ciel bleu
avec quelques noages blancs.
Tous ceux qui ont vu cette peinture
ont pensé que c'était l'image parfaite de la paix.

L'autre peinture avait des montagnes aussi.
Mais elles étaient abruptes, rocheuses
et le sommet sans arbre.
Au-dessus, il y avait un ciel orageux
avec de la pluie et des éclairs.

À côté de la montagne,
il y avait une grosse chute d'eau.
Cela ne ressemblait en rien à la paix.

Mais quand le roi a regardé,
il a vu derrière la chute,
un petit buisson qui avait poussé sur le rocher.
Dans le buisson, une maman oiseau
avait bâti son nid.
Là, au milieu de ce remous d'eau,
é tait assise la maman oiseau
sur son nid... en parfaite paix.

D'après vous, quelle image a remporté le prix?

Le roi a choisi la seconde.
Parce que, expliqua le roi,
la paix ne veut pas dire d'être
à un endroit où il n'y a ni bruit,
ni trouble ou de gros travaux.
La paix veut dire d'être
au milieu de toutes ces choses
et d'être toujours calme dans votre coeur.

Angelo

Les gens ont le droit de rêver comme ils ont le droit de manger et de boire.
Shimon Peres

LA TOLERANCE

C’est un monde sans souffrance,
Un monde où nous entrons tous dans la danse
Main dans la main, cœur contre cœur,
Et tous, remplis de bonheur !

La tolérance permet aux hommes de s’estimer par-delà les différences,
Qui sont minimes en regard de leurs attirances,
De se rendre compte que comptent entre eux l’affection ainsi que la confiance,
Et qu’ils doivent avoir, aucunement honte
De leur amour pour leurs frères
Mais, au contraire, se sentir fiers !

Myrabelle

Pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12

Ces pages sont sous Copyright